Le narrateur

Le narrateur

Voici une proposition de démarche autour de la notion de narrateur, loin d’être évidente pour les élèves. Cela mène d’ailleurs parfois à des problèmes de compréhension ou d’interprétation.

Par ICI, vous trouverez toutes les explications théoriques sur la notion.

Autour de la notion de narrateur, on va pouvoir travailler :

Le narrateur

– la définition de la notion. Voici les documents que j’utilise. Les premiers textes sont tirés de Littérature au Quotidien, aux éditions SCEREN, dans laquelle l’élève apprend à reconnaître les indices permettant de savoir si le narrateur est interne ou externe à l’histoire (présence du JE dans les parties narratives). Par contre, je ne retrouve plus les fiches de prep sur mon disque dur.

Pour la première séance, je distribue ces extraits et demande de cherche :

1° Qui raconte l’histoire

2° Relever les indices qui permettent de le prouver

Lors de la mise en commun, on fait ressortir le fait que dans 3 textes sur 4 (tous sauf Aboie Georges), la personne qui raconte l’histoire est l’un des personnages. On s’en rend compte par la présence de la première personne dans la narration (je, moi, m’, nous, mon, …), c’est à dire en dehors des dialogues. On copie également une trace écrite reprenant les termes de NARRATEUR, NARRATEUR INTERNE et NARRATEUR EXTERNE et la manière de les reconnaître.

Le narrateurLors de la 2e séance, je propose de transformer l’extrait d’Aboie Georges afin que le narrateur soit Georges ou sa mère. Si on en sent le besoin, on peut aussi proposer ces nouveaux extraits avec la même consigne que lors de la séance précédente :

Le narrateur

Télécharger « Evaluation sur le narrateur.pdf »

L’autobiographie, réelle ou imaginaire, ou quand l’auteur et le narrateur ne font qu’un. Un grand classique du genre est Léon, de Léon Walter Tillage, qui nous raconte son enfance et retrace son quotidien au temps de la ségrégation, du Ku Klux Klan, puis son combat pacifique du temps de Martin Luther King.

– Le journal intime, à exploiter avec Mon je-me-parle, de Sandrine Pernushe(à découvrir chez Lala aime sa classe ICI) , Le journal d’Anne Frank, Le chat de Tigali, de Didier Deaninckx ou Je t’écris, je écris de G. Caban (à découvrir chez Mélimélune ICI)

– Le relai de narration : lorsqu’une histoire est racontée par des protagonistes différents au fur et à mesure de la narration. On peut prendre l’exemple de L’enfant Océan, de Jean-Claude Mourlevat dont voici un exemple d’exploitation (1 seul livre pour l’ensemble de la classe est suffisant):

 Le narrateurséance 1

séance 2

séance 3

séance 4

séance 5

séance 6

séance 7

 – Différents points de vue sur un même évènement, ce qui permet d’aborder la notion de subjectivité également, comme dans Verte, de Marie Desplechin, (un exemple de séquence sur le site Attire Lire ICI) ou Une histoire à 4 voix, d’Anthony Browne dont vous trouverez une exploitation sur l’incontournable site de Mélimélune ICI

– La non fiabilité du narrateur : dans certains livres, l’auteur pose délibérément un problème de compréhension en faisant tenir au narrateur des propos erronés par rapport à la véracité de l’histoire. Il faudra alors démêler le vrai du faux pour comprendre l’histoire. C’est le cas dans Moi, Fifi dont on a déjà parlé, mais aussi Journal d’un chat assassin, d’Anne Fine, dont voici une exploitation permettant justement de travailler sur cette non fiabilité. Dans cette histoire, le chat n’a en fait tué AUCUN animal, pas même l’oiseau ni la souris ! J’ai construit ma séquence en utilisant une analyse et une proposition de travail d’Olivier Graff (IEN dans le Nord) que vous pouvez trouver ICI. N’hésitez pas à lire les premières pages du dossier si ce n’est pas ce que vous aviez compris (c’était mon cas !)

 Le narrateurTélécharger « séance 1.pdf »

Télécharger « séance 2.pdf »

Télécharger « séance 3.pdf »

Télécharger « séance 4.pdf »

 Télécharger « séance 5.pdf »

Télécharger « séance 6.pdf »

Télécharger « séance 7.pdf »

               

9 pensées sur « Le narrateur ! »


  1. Lala78
    dit :

    Très intéressant, je vais aussi travailler sur les manipulations de l’auteur notamment dans les nouvelles à chute. « Le chat assassin » fait parti de mes livres en réseau au début de l’année, ça fera aussi un  lien avec la suite, merciiiii


  2. Lala78
    dit :

    Encore MOI ! merci pour le lien.. j’ai mis ton blog en lien chez moi (il était temps hein ! )


  3. OlivierI
    dit :

    Merci Lala ! Ne te sens pas obligée 😉 Mais apparaître dans quelques liens depuis une semaine, ça a fait s’envoler mon compteur de visites (sauf aujourd’hui) !


  4. Lala78
    dit :

    Ah ben non, je ne me sens nullement obligée ! je retrouve ton chemin plus vite


  5. OlivierI
    dit :

     encore quelques semaines d’ancienneté au blog et je pourrai prétendre à rejoindre la CPB !


  6. Lala78
    dit :

    ah?  à quand la date officielle  ? il te faut choisir un parrain ou une marraine et préparer une p’tite lettre


  7. OlivierI
    dit :

    Ça doit être pour la fin du mois, je l’ai ouvert pendant les vacances de Pâques, je vais aller vérifier.


  8. Craie hâtive
    dit :

    Très intéressant ton travail sur le narrateur. Je vais m’en inspirer ! Merci pour ce partage


  9. OlivierI
    dit :

    Avec plaisir !

2 réactions au sujet de « Le narrateur »

  1. Bonjour,
    Je me permets de vous embêter, car les liens vers les fichiers d’exploitation de l’Enfant Océan renvoie vers ceux de Journal d’un chat assassin. Si vous avez un peu de temps, pourriez-vous remettre les fichiers (je les avais lu sur votre ancien site… mais le temps que je me décide à les exploiter… ils ont disparu !)
    Merci beaucoup pour votre aide.

Laisser un commentaire