Archives de
Catégorie : Chez Madame Audrey

Autoportrait surréaliste et photomontage, sur les traces de Gilbert Garcin

Autoportrait surréaliste et photomontage, sur les traces de Gilbert Garcin

Bonjour à tous ! J’espère que la rentrée s’est bien passée pour tous, que vos nouvelles classes sont toutes sympas, sérieuses, agréables et tout et tout. Par ici, c’est (pour l’instant) calme mais mon emploi du temps est déjà rempli de lundi jusqu’à la Toussaint. Je me fais discret en ce moment, je sais, mais le quotidien est bien rempli et j’avoue ne pas avoir beaucoup d’idées non plus.

Du coup, je suis bien content d’avoir une super chroniqueuse qui intervient à ma place 😀 Merci M’dame Audrey !!!

Son projet du jour : un autoportrait surréaliste réalisé grâce à un photomontage, rien que ça !

M’dame Audrey, la parole est à toi :

Ce projet s’inspire de l’oeuvre de Gilbert Garcin, un artiste français né à La Ciotat en 1929. Il vit et travaille à Marseille.

Gilbert Garcin découvre la photographie au moment de sa retraite. En effet, ses premières tentatives datent de 1993 ! En 1998, sa carrière démarre réellement. Découvrant son travail au festival de Photographie de Braga, au Portugal, la galerie Les filles du calvaire décide de l’exposer au Salon Paris Photo. Les professionnels et les collectionneurs sont conquis.

Depuis, Gilbert Garcin expose à travers le monde et est sollicité par des directeurs de petits centres d’art comme de grands musées internationaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Gilbert Garcin utilise le photomontage. Il s’agit d’un assemblage, en une seule image, de photographies (entières ou partielles) par collage, par tirage, ou par logiciel.

Le photomontage a connu un développement en Russie en 1916 avec le constructivisme représenté par Alexandre Rodtchenko et en France avec le dadaïsme et les Surréalistes.

Pour ses premiers portraits, Gilbert Garcin se photographie de dos, en veste et chapeau. Sa silhouette noire et blanche, découpée dans du papier photo, montée sur du fil de fer, positionnée dans une maquette bricolée avec de la lumière, du sable et des cailloux, est re-photographiée. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il osera être face à l’objectif.

Les amoureux de Perros-Guirrec

Gilbert Garcin n’aime guère reconnaître qu’il y a du Magritte en lui. La peur de l’étiquetage…  Il admet que « ses photos évoquent l’absurde, une des caractéristiques du surréalisme » mais il n’est pas persuadé du rôle majeur de l’inconscient.

Cependant, les petits scénarii qu’il invente où des objets du quotidien se transforment en menace et ses fantaisies illusionnistes chargées d’énergie poétique en font un surréaliste.

Le témoin

C’est dans le cadre du P.E.A.C. de l’école que j’ai été amenée à travailler sur Gilbert Garcin. Le thème défini était « Le portrait ». Avec mon ancienne collègue de CM2, nous avions dressé une liste non exhaustive des différents types de portraits que l’on pouvait trouver.… Et c’est comme ça que j’ai hérité du portrait surréaliste.

En vidéo-projetant plusieurs photographies de Gilbert Garcin, les élèves ont rapidement mis en avant les caractéristiques principales de son travail :

  • le support utilisé : la photographie
  • le recours au noir et blanc
  • les proportions non réalistes
  • le recours à des objets du quotidien

Le matériel : Feuilles blanches format A5 et crayons de bois.

Certains élèves ont eu besoin de faire plusieurs essais, de tester plusieurs idées. Le format A5 permet d’être synthétique et plus rapide dans la réalisation de l’esquisse.

Le but de cette réalisation est d’amener l’élève à réfléchir sur son autoportrait : « Comment vais-je me mettre en scène ? Avec quel matériel/objet ? Quelle position vais-je prendre ? »

Une contrainte était à respecter : la photographie devait être prise en classe, le ou les objets utilisés devaient être facilement transportables.

 

Première étape : La silhouette                       Le matériel : Appareil photo numérique / fond neutre / feuilles blanches et papier photo

Une fois la réflexion sur l’autoportrait aboutie, il a fallu prendre les élèves en photo. Devant un fond neutre, ils ont pris la position qu’ils souhaitaient pour leur autoportrait. Certains donnaient l’illusion de marcher, de se battre, de s’accrocher à quelque chose. D’autres étaient assis.

Les photographies ont ensuite été imprimées.

D’abord sur du papier A4, en plusieurs formats, afin de choisir celui qui serait le plus adapté puis, une fois le format choisi, sur du papier photo.

Merci à la maman qui s’est proposée de le faire, ça fait faire quelques économies ! 🙂

 

2e étape :découpage de la silhouette et mise en scène                     Le matériel : Appareil photo numérique / feuilles noires format raisin pour le fond / papier photo / objets divers en fonction des objets de chacun

Certains ont utilisé le matériel présent en classe : trousse, règle, taille-crayon, boite de mouchoirs, horloge, plante, cailloux, poignée de porte… D’autres ont apporté des jouets : peluches, Légo…

 

Après avoir découpé leur silhouette (j’avoue en avoir découpées quelques unes par peur des catastrophes…), les élèves les ont mises en scène devant un fond noir afin de réaliser leur autoportrait. Certains ont dû se creuser les méninges et faire preuve d’ingéniosité pour trouver un moyen de faire tenir leur silhouette… Un des élèves devait porter une voiture à bout de bras et un autre se faisait écraser par un livre !

 

Une fois le montage réalisé, la photo définitive est prise. J’ai ensuite fait les ultimes retouches à la maison. Et pour boucler le projet, on a ensuite développé les photographies via un site internet.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

M’dame Audrey nous fait le plaisir de nous présenter un second projet qu’elle a réalisé cette année : il s’agit de sculptures inspirées des Nanas de Niki de Saint Phalle.

Un énoooooooooorme merci à elle pour ce super projet !!!!

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Niki de Saint Phalle est née à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine, le 29 octobre 1930 et est morte à La Jolla,comté de San Diego, Californie (États-Unis) le 21 mai 2002.

C’est une plasticienne, peintre, sculptrice et réalisatrice de films française.

 Niki de Saint Phalle grandit aux Etats-Unis même si elle vient voir ses grands-parents en France.

Son enfance sera marquée par le viol infligé par son père quand elle aura onze ans.

Après avoir passé son bac, Niki travaille à temps partiel comme mannequin des magazines Vogue ou Life, etc.

 En 1952,  elle rentre en France avec son premier mari Harry Mathews et leur fille Laura. A Paris, Harry continue ses études musicales tandis que Niki apprend l’art dramatique.

En 1953, elle est internée à Nice et, à l’hôpital, elle est prise d’une « pressante envie de peindre » selon ses propres mots. Elle se met à le faire de façon frénétique et s’aperçoit que cela soulage ses angoisses.

Entre 1956 et 1958, Niki de Saint Phalle réalise quelques travaux de peintures à l’huile et se fait connaître par le grand public pour la première fois en réalisant une exposition dans la ville de Saint-Gall.

Elle commence à rencontrer de nombreux artistes, dont Jean Tinguely et son épouse Eva.

En 1960, Niki quitte Harry Mathews qui garde leurs enfants. Plus tard, elle se met en couple avec Jean Tinguely qui la présente à d’autres artistes, notamment les Nouveaux-Réalistes.

En 1961, elle est rendue célèbre lors d’une exposition avec les « Tirs ». Il s’agit de peintures réalisées en faisant éclater des tubes remplis de couleurs à l’aide de tirs à la carabine. Cette nouvelle façon de peindre la propulse sur le devant de la scène artistique mondiale.

Suivent alors d’autres chefs-d’œuvre qu’on lui connaît, tels que « Les Nanas », « le Jardin de Tarot », « La fontaine Stravinski » en collaboration avec Jean Tinguely,

« Cercle magique de la Reine Califia », « L’Ange protecteur », « La lune », « Cyclope » …

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les réalisations s’inscrivent dans un travail autour de la mythologie grecque. Les élèves ont choisi le dieu ou la déesse qu’ils souhaitaient représenter. Ils connaissaient également déjà l’artiste.

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

On a eu besoin de :

– Coussins (1 par nana – c’est de la récup’, ce sont les élèves qui les ont ramenés)

– Journaux

– Bandes de plâtre

– Colle cellulosique

– Peintures acryliques

– Gesso

– Scotch

– Feutre-gouache noir

– Bassines

Pour les fournitures, la colle, les bandes de plâtre et l’acrylique ont été commandés sur ce site :

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Durée : 1 séance de 30 minutes environ. Ceux qui terminent en avance commencent le découpage des bandes de papier

Durant cette phase, les élèves se sont mis d’accord au sein de leur groupe sur le dieu ou la déesse qu’ils allaient sculpter ainsi que sur les attributs, les couleurs…

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Au final, les réalisations seront simplifiées afin d’éviter des « dégâts » lors de la mise en couleur (je souhaitais intervenir le moins possible).

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Cette étape rapide vise à mettre en forme le coussin à l’aide du scotch afin de former les bras et les jambes de la future sculpture.

J’ai également ajouté du scotch autour de taille afin de lui donner un peu plus de formes.

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Durée : 2 séances d’une heure (1h pour le recto, 1h pour le verso)

Après avoir découpé des bandes de papier dans les journaux, les élèves ont recouvert entièrement leur coussin et confectionné la tête.

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Dans le même temps, certains élèves réalisent les attributs des dieux.

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Durée : 2 séances d’une heure également. L’ensemble est ensuite recouvert de bandes de plâtre.

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Durée : 3 séances de 1 heure.

Avant de peindre les nanas, les élèves ont mis une couche de Gesso. Cet enduit permet de rendre la surface plus lisse, plus adhérente et réduit l’absorption de la peinture par le support.

Les élèves se sont aperçus qu’ils avaient peut-être été un peu trop ambitieux dans leur projet initial et, d’un commun accord, il a été décidé de simplifier les motifs.

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

Sur le site de la circo d’Annemasse, vous trouverez un dossier sur l’artiste, avec notamment des photos de ses oeuvres mais aussi des coloriages de certaines Nanas : c’est par ICI.

Le dossier pédagogique de l’exposition consacrée à Niki de Saint Phalle qui s’est tenue au Grand Palais :

Les Nanas, de Niki de Saint Phalle

14 pensées sur « Les Nanas, de Niki de Saint Phalle ! »

  1. Mel Penquer
    dit :

    Cool!! Merci de cette belle trouvaille… Ça donne envie d’essayer 🙂
    Mel


  2. Orphéecole
     

    dit :

    Wahooou, c’est trop génial comme projet ! Et le rendu est superbe. Bravo à M’dame Audrey et merci à Olivier pour nous le faire découvrir 🙂


  3. MdameAudrey
     

    dit :

    Merci Mel


  4. MdameAudrey
     

    dit :

    Merci bcp Orphéecole !! J’apprécie ton compliment d’autant plus que j’admire ton travail ! Alors encore merci !!!!

  5. Mayleb
    dit :

    Le choix des personnages est original par rapport à ce qui se fait habituellement  à partir de Niki de Saint Phalle. Bravo.


  6. OlivierI
     

    dit :

    Merci les fillles ! C’est vrai que j’ai une super chroniqueuse !


  7. MdameAudrey
     

    dit :

    Je vais rougir lol


  8. Lala78
     

    dit :

    Magnifique résultat, merci à vous deux, bravo aussi aux élèves


  9. Ermeline
     

    dit :

    Magnifique travail!


  10. MdameAudrey
     

    dit :

    Merci beaucoup !

  11. Solène
    dit :

    Waouh ça rend super j’adore! Bravo Audrey!


  12. MultiK
     

    dit :

    Bravo !! J’adore !!!!!! Merci pour ce partage !!!!!!!!!!!!


  13. MdameAudrey
     

    dit :

    Merci Solène et merci MultiK
    C’est un projet qui prend du temps (et il ne faut pas avoir peur d’avoir une classe « cracra ») mais les élèves sont motivés du début à la fin et apprécient la rencontre de nouvelles techniques.
    Et j’avoue, la maîtresse s’éclate aussi !


  14. BigBoom
     

    dit :

    Très chouette projet!!! Je suis allée voir l’expo qui était  magnifique!!!!

Enregistrer

L’alphabet d’Auguste Herbin

L’alphabet d’Auguste Herbin

Voici la première de M’dame Audrey ! Encore un énorme merci à elle de participer au blog !!! Pour cette première bafouille, M’dame Audrey nous fait découvrir un artiste nordiste, un de chez nous : Auguste Herbin.

Ce travail me parait très intéressant : il permet de s’approprier la démarche de l’artiste et dans cette activité, le signifié est imposé mais c’est la mise en forme du signifiant qui fera le rendu (taille et agencement).

L'alphabet d'Auguste Herbin

L'alphabet d'Auguste Herbin

 Auguste Herbin est un artiste originaire du Nord (dans le Cambrésis) né en 1882 et mort en 1960.

Ses premières œuvres sont marquées par le style impressionniste.

Après avoir rencontré Pablo Picasso et Georges Braque, en 1909, il s’oriente progressivement vars le cubisme.

En 1931, il fonde le mouvement Abstraction-Création avec d’autres artistes. Sa peinture est désormais entièrement géométrique faite de formes simples en aplats de couleurs pures.

L'alphabet d'Auguste Herbin

 

En 1946, Herbin crée son alphabet plastique : une méthode de composition qui part d’un répertoire de 26 couleurs, correspondant chacune à une lettre et à des formes géométriques (triangle, cercle, demi-cercle, quadrilatère), ainsi qu’à une sonorité.

 

En 1953, frappé d’hémiplégie, il réapprend à peindre de la main gauche.

En 1956, il offre 24 œuvres à la ville du Cateau-Cambrésis, constituant ainsi une deuxième collection pour le musée créé par Henry Matisse en 1952.

Pour en voir un peu plus, c’est par ICI !

L'alphabet d'Auguste Herbin

 Découverte de l’œuvre Dimanche 1 d’Auguste Herbin (le titre n’est pas donné).

L'alphabet d'Auguste Herbin

Les élèves s’expriment sur ce qu’ils voient, ressentent… donnent leur avis.

Je leur ai parlé de l’artiste et leur ai dit que l’œuvre représentait en fait un mot. A partir de là, à l’aide de l’alphabet plastique, les élèves ont cherché de quel mot il s’agissait. (ici, dimanche)

Réflexion sur les prénoms :

1er temps : Répertoriage des formes et couleurs nécessaires pour créer son prénom

2ème temps : Réflexion sur l’agencement des formes

3ème temps : Réalisation plastique (les mélanges ont été réalisés le plus souvent possible par les élèves)

L'alphabet d'Auguste Herbin

L'alphabet d'Auguste Herbin

Lucie

L'alphabet d'Auguste Herbin

Ilhame

Triangle jaune et/ou rond jaune = C

Demi cercle bleu = U

Triangle jaune un peu plus clair = L

Rond et/ou rond orange clair = I

Rond rouge = E

Triangle et rond orange = I

Triangle jaune en bas = L

Rond et triangle + orange clair = H

Figures roses = A

Triangle jaune clair = M

Rond rouge = E

L'alphabet d'Auguste Herbin

Solana

L'alphabet d'Auguste Herbin

Julie

Tout ce qui est rose = A

Figures bleues = S

Triangle jaune = L

Demi cercle vert = O

Triangle blanc = N

Triangle jaune et/ou rond jaune = J

Demi cercle bleu = U

Triangle jaune un peu plus clair = L

Rond et/ou rond orange clair = I

Rond rouge = E

L'alphabet d'Auguste HerbinSelma L'alphabet d'Auguste Herbin

Elyse

Ronds rouges = 2E

Triangle jaune = L

Figures roses = Y

Figures bleues = S

L'alphabet d'Auguste Herbin

Hugo, Julie et Gabin

L'alphabet d'Auguste Herbin

Prévoir les incontournables pots pour bébés !

Les mélanges ont été faits dedans et, dessus, était notée la lettre correspondante. Les élèves sont ainsi autonomes et gèrent eux-mêmes leurs couleurs.

L'alphabet d'Auguste Herbin

Mettre en musique en respectant l’alphabet d’Auguste Herbin.

17 pensées sur « L’alphabet d’Auguste Herbin ! »

  1. Mayleb
    dit :

    C’est chouette !


  2. MdameAudrey
     

    dit :

    Quelle belle présentation m’sieur ! Merci beaucoup


  3. Mademoizaile
     

    dit :

    très beau rendu sur feuille noire! merci pour le partage!


  4. OlivierI
     

    dit :

    Merci à M’dame Audrey pour ce bel article surtout !


  5. MdameAudrey
     

    dit :


  6. MultiK
     

    dit :

    Article fort intéressant !! Merci!


  7. MultiK
     

    dit :

    Tous les ans, mes élèves jouent à ce jeu sur la page du fichier de cap Maths CE1. Je pense que l’an prochain, je pourrai leur proposé un travail un peu plus construit!!! Merci!!


  8. sagebooker
     

    dit :

    Quelle jolie idée !! Bravo à ta contributrice, et merci pour cette proposition


  9. MultiK
     

    dit :

    leur proposer !!l


  10. OlivierI
     

    dit :

    J’ai l’impression que M’dame Audrey est un peu trop timide pour venir vous remercier les filles ! Mais je suis sûr qu’elle est ravie de voir vos mots sympas. Hé Audrey, où te caches-tu ?!!!


  11. Lala78
     

    dit :

    Jolie découverte ! Merci Audrey et Olivier


  12. MdameAudrey
     

    dit :

    Si si Olivier, je suis très touchée par les gentils mots laissés dans les commentaires. En fait, les mails arrivent à une adresse que je ne consulte pas tous les jours


  13. OlivierI
     

    dit :

    Sinon, t’as une notification dès que tu vas sur un blog Eklablog, dans la barre en haut de ta fenêtre.  Au passage Audrey, je te présente Lala : c’est ma marraine à moi !


  14. MdameAudrey
     

    dit :

    Ah oui effectivement ! Je viens de voir la notification… je découvre !
    Bonsoir à Lala ! 😉

  15. shana
    dit :

    Merci beaucoup pour cet excellent travail. Je suis  passée ZIl, après avoir eu ma propre classe (par choix)  .Je m’inspirerai de cette séance que j’aurais grandement aimé voir appliquer dans ma classe  lorsque j’étais remplacée ( un travail abouti, qui a du sens, sur lequel je peux rebondir …Quel bonheur ! ) . En plus, je suis du Nord, donc c’est parfait!


  16. OlivierI
     

    dit :

    Je n’ai pas encore tenté cette séquence, mais je l’ai glissé dans ma besace aussi 🙂 Par contre, Audrey, qui nous l’a proposée, n’est pas ZIL.


  17. bibliotrotteuse
     

    dit :

    Aaaaaahhhh ! Merci, merci,merci ! Il y a plusieurs années, j’avais travaillé sur Herbin avec mes CE1 (la partie en noir et blanc de « Matin 2 »), et impossible de trouver à l’époque un descriptif complet de son alphabet plastique ! Je le trouve enfin sur votre blog !
    Bon, yapluka voir ce que je peux faire avec mes CM2, maintenant !

    OlivierI

    Dimanche 13 Mars à 09:54

    Comme tu dis, « yapluka » ! Bon dimanche !

Enregistrer

Chez M’dame Audrey !

Chez M’dame Audrey !

L’avantage du ZIL, c’est de pouvoir voir des écoles, rencontrer des collègues, leurs pratiques et aussi découvrir des personnes. Et parmi les dizaines d’écoles par lesquelles je suis passé, il y en a certaines qui marquent plus que d’autres. L’une d’entre elle me laisse un souvenir particulier. Je me rappelle d’une ambiance hors-norme entre de vraies amies et d’un super boulot abattu par l’équipe, dans un secteur pas toujours évident. C’est là-bas que j’ai rencontré Audrey et ses collègues, les fameuses Cachines !

Audrey, c’est une artiste. Et elle mène des super projets en classe ! Quand je lui ai demandé si ça l’intéresserait de venir les présenter sur le blog, je ne savais pas du tout quelle serait sa réponse. Mais ce soir, j’ai le plaisir de créer la rubrique :

Ici, ce sera son p’tit coin ! Elle viendra partager avec nous ses réalisations, ses projets, ses démarches. Elle nous expliquera comment elle s’y est prise pas à pas pour les mener.

Audrey, un grand merci à toi d’avoir accepté ! Tu ne sais pas à quel point ça me fait plaisir ! Au plaisir de te publier très vite donc !

PS : Val et Peggy, je vous fais un gros bisou aussi !

4 pensées sur « Chez M’dame Audrey ! ! »


  1. delfynus
     

    dit :

    Alors, là !!! MOI AUSSI j’ai hate !


  2. OlivierI
     

    dit :

    M’dame Audrey, y a plus qu’à ! Commence donc par créer un profil Ekla, ça va te servir


  3. MdameAudrey
     

    dit :


  4. OlivierI
     

    dit :

    Bienvenue sur Eklablog Audrey ! Comme tu vois, tu es déjà attendue 😀

Enregistrer