Archives de
Catégorie : Apprendre le regard

La perspective

La perspective

Cette fois-ci, je vous propose d’aborder la perspective, c’est à dire la perception ou la représentation d’une impression de profondeur.

La perspective

Qu’y a-t-il à savoir, à connaître sur la perspective ? Les artistes ont commencé à la maîtriser à partir de 1450, au cours de la Renaissance. Celui que l’on considère comme son inventeur est un peintre-géomètre-mathématicien italien, Piero Della Francesca.

Avant lui, les artistes donnaient une impression de perspective sans pour autant que le rendu soit satisfaisant.

La perspective

La perspective

La perspective

Fresque de la vie de Saint François d’Assise, 1296 Essai de perspective –

La présentation au temple, Gentile da Fabriano – 1423

La Cène, Léonard de Vinci – 1494 -1498

La perspective géométrique est déterminée par 3 éléments :

une ligne d’horizon :  c’est à ce niveau que se portent les yeux du peintre (ou du photographe)

des lignes de fuite : elles représentent la continuité des droites qui sont parallèles dans la réalité mais qui, sur une image, se rejoignent au point de fuite

le point de fuite : c’est un point sur la ligne d’horizon où toutes les droites parallèles se rejoignent.

La perspective

Il existe d’autres moyens de représenter la profondeur de la scène. Dans cette séance, je citerai :

– la composition en deux plans distincts et indépendants, séparés par un mur

La perspective

– la perspective atmosphérique : plus c’est loin, plus c’est bleu :

La perspective

– Plus c’est loin, plus c’est petit :

La perspective

 La perspective

Comme situation de départ, on propose à chacun de réaliser un croquis avec des éléments donnés, plus ou moins éloignés. On compare les productions, en essayant de déterminer pour lesquelles l’impression d’éloignement est la plus significative, et pour quelles raisons.

On observera ensuite des tableaux montrant différentes techniques pour représenter l’éloignement des différents plans, en les analysant. On cherchera le point de fuite sur certaines images, et pour finir, les élèves devront redessiner la Chambre à Arles, de Van Gogh, en créant des lignes de fuite.

 La perspective

La perspective

La trace écrite en format modifiable (Publisher)

La trace écrite à compléter :

La perspective

La perspective

Cliquez sur le tableau pour l’agrandir avant de la projeter ou de l’enregistrer.

 La perspective

Portrait d’un vieillard et d’un jeune enfant, Ghirlandaio – 1490

La perspective

Voyageur contemplant une mer de nuages , Caspar David Friedrich (1817-1818)

La perspective

Les chasseurs dans la neige, Peter Bruegel l’ancien – 1566

La perspective

Allée de Middleharnis, Meindert Hobbema – 1689

La perspective

Grand canal de Venise, Canalleto – 1738

La perspective

La chambre à Arles, Vincent Van Gogh – 1888

La perspective

La perspective

Galerie de colonnes du Palazzo Spada, Fransceco Boromini, 1652-1653

La perspective

Lors de la séance suivante, afin de réactiver les connaissances (ou lors d’une évaluation), on demandera aux élèves réinvestir les découvertes faites lors de la séance précédente (perspective atmosphérique, ligne de fuite, point de fuite, horizon). Patrick Straub nous propose David sacré roi par Samuel, de Claude le Lorrain.

La perspective  La perspective

Puis un travail en atelier est proposé pour réaliser des oeuvres en perspective (paysage, plongée, contre-plongée)

La perspective

Quelques réalisations d’élèves de CM1 et CM2 :

La perspective

La perspective

La perspective

La perspective

La perspective

Enregistrer

Enregistrer

9 pensées sur « La perspective ! »


  1. Crayons de Soleil
     

    dit :

    J’aime beaucoup les photographies. Par contre, il faudrait pouvoir régler l’appareil photo afin qu’il ne fasse pas de mise au point automatique… Parce qu’en prenant une photo, on risque d’avoir un plan plus flou que l’autre. Je vais essayer de voir ça, ça m’intéresse beaucoup !


  2. OlivierI
     

    dit :

    Pour la photo, côté technique, ça dépend si tu as un reflex, un brige ou un compact.  Mais l’idée, c’est une mise au point au premier plan et avoir un diaphragme fermé pour conserver une grande profondeur de champ. Après l’effet peut être amplifié en utilisant un objectif grand angle.


  3. Crayons de Soleil
     

    dit :

    J’en ai deux : reflex et compact. Super explication !! Y a plus qu’à essayer !!


  4. OlivierI
     

    dit :

    Si c’est pas assez clair, n’hésite pas à le dire 😀


  5. Crayons de Soleil
     

    dit :


  6. Djoum
     

    dit :

    Vient un moment où c’est tellement bien que je ne sais plus quoi dire si ce n’est MERCI 😉


  7. OlivierI
     

    dit :

    Mais je suis vraiment RAVI de voir que je suis lu et que ça te plait !

  8. Mag
    dit :

    C’est juste …..super !! Mes élèves vont adorer : )) Merci !

  9. juliezer
    dit :

    merci ! tout ce dont j’avais besoin pour continuer ma séquence sur la perspective !

Enregistrer

Les lignes de force

Les lignes de force

Et voici le dernier article consacré aux composantes plastiques permettant l’analyse de tableaux, mais aussi de photos avec les élèves.

Cette fois-ci, il s’agit d’un travail sur…

 Les lignes de force

Cette fois encore, on commence avec ce qu’il y a à connaître sur la composition du tableau.

Tout d’abord, les fameuses lignes de force : il s’agit de lignes qui dirigent l’organisation spatiale du tableau, et construisent l’équilibre de l’image. Il peut s’agir de lignes tracées réellement (comme la ligne d’horizon, le bord de mer, …), ou qui apparaissent par la lecture de l’image dans laquelle on va visuellement détacher des masses, des formes, des zones de couleurs, de lumière et d’ombre, la limite du vide et du plein…

Ces lignes peuvent être horizontales, verticales, obliques, en zigzag, sinueuses ou ondulées. Et chaque type de ligne a une signification conventionnelle :

– les lignes ondulées : le mouvement, la vie

– les horizontales : équilibre et sécurité

– les verticales : la légèreté, un mouvement vers le haut

Les lignes de force

Le sacre de Napoléon, Jaques-Louis David

– les obliques : le déséquilibre, la rupture

Les peintres ont aussi organisé la composition de leurs tableaux en fonction de formes géométriques, de manière à grouper des éléments en forme de triangle, de rectangle, de carré, de cercle ou de spirales dans leurs images. Là encore, chaque utilisation est faite en fonction de la signification de la forme :

– le  cercle : forme parfaite, divinité

Les lignes de force

– le carré : stabilité

Les lignes de force

-le rectangle : l’équilibre, l’immobilité

Les lignes de force

– le triangle : la majesté, l’élévation, l’harmonie, l’équilibre

Les lignes de force

– les spirales : le mouvement, la vie

Les lignes de force

Enfin, une image possède également une architecture propre, définie entre autres par la règle des tiers : divisez mentalement votre images en 3 tiers égaux verticalement et horizontalement. Vous avez donc deux lignes qui apparaissent dans chacun des sens, ainsi que 4 points qui représentent les points d’intersection de ces lignes. Ces points s’appellent les points chauds de l’image, et les éléments qui seront placés à ces endroits auront un impact plus important, tout comme les éléments situés sur l’une des lignes de tiers.

Les lignes de force

Les lignes de force

La laitière, Johannes Vermeer

Le sujet, ainsi que le pot de lait sont placés l’un au tiers de l’image (les traits bleus), et l’autre sur un point chaud.

L’angélus, Jean-François Millet

Les personnages ainsi que l’horizon sont situés au tiers.

Il est convenu également que la partie supérieure de la toile renvoie à des valeurs très positives (la spiritualité, le ciel, à la pensée, …). La partie basse renvoie elle à la terre, la matérialité et la mort.

Sur le site de Patrick Straub, vous trouverez des grilles permettant d’analyser d’une oeuvre :

Les lignes de force

Les lignes de force

 La situation de découverte se fait autours du tableau La famille Belleli, de Degas. On amène les élèves à voir la composition et surtout à comprendre qu’elle est au service de la narration du tableau. On amène ensuite un apport théorique sur les lignes de force et la géométrie du tableau ainsi que le rôle des regards des personnages et on s’appuie sur des tableaux pour les illustrer.

« L’ambiance est lourde dans ce tableau car rien ne va plus dans cette famille d’apparence unie. Et la petite Giulia, qui est asisse, n’a qu’une idée : s’enfuir ! Derrière elle se tient sa mère (qui est la tante du peintre). Giovana, la soeur, est debout et à droite est assis leur père, Genarro Belleli La mère et les deux filles sont vêtues de noir car le grand-père vient de mourir. C’est son portrait qui est accroché au mur.
Si la mère est triste, c’est parce qu’elle ne s’entend plus avec son mari qui s’est enfoncé dans des histoires politiques. Et toute la construction du tableau nous dit que ça va mal.
La mère et les deux filles forment un énorme triangle noir. Bien éclairées, elles se tiennent quasiment face à nous. La mère a le regard perdu dans le vague et tient près d’elle sa fille Giovana, qui nous fixe intensément. Mains croisées, elle est sage comme une image. Sa soeur Giulia regarde la fenêtre (on voit le reflet dans le miroir), vers la lumière qui dessine des ombres au sol.Les poings sur les hanches, sa jambe gauche repliée sous elle, on sent qu’elle est prête à se lever, à s’enfuir en courant. Tout comme le chien, en bas à droite du tableau, qui est presque déjà sorti du tableau. Le père, lui, est séparé du groupe féminin par le pied de la table et le montant du miroir posé sur la cheminée. Il est de dos, enfoncé dans son fauteuil, totalement coincé. Il entend le tic-tac de la pendule posée sur la cheminée et rêve peut-être de Naples, sa ville natale, où il a été obligé de s’enfuir.
Tout le monde semble attendre quelque chose.
La mère voudrait quitter son mai, le mari voudrait retourner à Naples, Giulia rêve d’aller jouer dehors. Et Giovana, prisonnière de sa mère, regarde son cousin le peintre en train de faire son portrait.
De toute façon, il est impossible de s’enfuir. La fenêtre à droite est probablement fermée, la sortie à gauche est bloquée par un fauteuil, et au-dessus du père, un miroir renvoie à l’infini l’image de deux autres miroirs. Alors que faire, sinon attendre ? »

Extrait de Petites histoires de chefs d’oeuvre, Alain Korkos, Editions de la Matinière Jeunesse

 Les lignes de force

Les lignes de force

Le diaporama utilisé lors de la séance :

Police utilisée : Amandine (à télécharger ICI)

Les lignes de force

La trace écrite

Les lignes de force

ou la version modifiable ICI

Les lignes de force

Cliquez sur le tableau pour l’agrandir avant de la projeter ou de l’enregistrer.

Les lignes de force

La famille Belleli, Edgar Degas (1858-1860)

Les lignes de force

La lettre d’amour – Johannes Vermeer (1669-1670)

Les lignes de force

La Vierge à l’enfant avec Sainte Anne, Léonard de Vinci (1503-1519)

Les lignes de force

La danse, Henri Matisse (1910)

Les lignes de force

La leçon d’anatomie du professeur Tulp, Rembrandt (1632)

7 pensées sur « Les lignes de force ! »


  1. Lala78
     

    dit :

    C’est toujours aussi passionnant, merciiiiii !


  2. OlivierI
     

    dit :

    Merci Lala !


  3. Djoum
     

    dit :


  4. OlivierI
     

    dit :


  5. domrod
     

    dit :


  6. LaclassedeCarole
     

    dit :

    Ouah !!! Il n’y a pas que les élèves qui apprennent des choses là !


  7. OlivierI
     

    dit :

    Comme quoi, on nous demande d’être de vrais couteaux suisses, multifonctions, et  pointus sur de nombreux domaines. Ces notions sont au programmes, mais la formation des enseignants est tellement passée aux oubliettes qu’on ne suit plus !

Enregistrer

La lumière

La lumière

Mise à jour : 14/01/15 ajout du tableau « Les raboteurs de parquet » dans la rubrique Pratiques éclairantes

Deuxième article sur les composantes plastiques permettant d’aider les élèves lors d’analyses de tableaux en histoire des arts et en arts visuels. Non non, ne vous laissez pas effrayer, éduquer les élèves au regard est invisible mais pourtant essentiel ! On attend d’eux, depuis 2008, à ce qu’ils soient capables de se livrer à des analyses des différents paramètres de l’image, alors qu’aucun apprentissage particulier n’est proposé. Après l’article sur les couleurs (ICI), voici donc un article sur…

La lumière

Tout d’abord, qu’y a-t-il à savoir, à découvrir sur la lumière ? On va chercher sa provenance, identifier la ou les sources lumineuses (naturelles ou artificielles), dans le champ ou hors champ ? Comment apparait-elle sur le tableau ? Y a-t-il des reflets dans lesquels elle se reflète, voit-on des ombres, un élément est-il mis en valeur par un effet de projecteur ? Comment peut-on la qualifier ? Enfin, pour quel effet la lumière est-elle représentée ainsi ?

Comme pour chacun de mes articles, je ne prétends pas détenir ou proposer LA méthode, LA connaissance ou même quelque chose d’irréprochable ou d’exhaustif. J’ai cherché, pataugé et mis à ma sauce. Ces propositions sont donc imparfaites, incomplètes aux yeux de l’expert, je le sais et c’est un choix !

La lumière

Revenons à notre séance. Afin de faire émerger ces notions, nous allons proposer aux élèves de comparer deux images : La jeune fille à la perle, de Johannes Vermeer et Saint Joseph charpentier, de Georges de la Tour.

La jeune fille à la perle   La lumière

Pourquoi comparer ces deux oeuvres ? Parce que leur lumière s’oppose. Sur les premier, il s’agit d’une lumière très douce (la limite entre les zones de lumière et d’ombre n’est pas nette), naturelle et dont la source est extérieure à la scène (on devine une fenêtre sur la gauche du tableau) tandis que sur le second, la lumière est dure, artificielle et la source est dans le tableau.

Si des lignes blanches apparaissent lorsque vous ouvrez le document, cliquez ensuite en haut à droite de la fenêtre sur Télécharger, puis Ouvrir avec.

La lumière

Les images en meilleure définition (cliquez pour les ouvrir en grand ou avant de les enregistrer)

La lumière La lumière

 Voici un autre tableau dont la lumière est intéressante, notamment sur le rendu des ombres. On peut revenir dessus lors d’une séance ultérieure si la notion a posé des difficultés.

La lumière

La pie, Claude Monet, 1868-1869

D’autres tableaux des impressionnistes ou des photos de paysages ou portraits au crépuscule peuvent être également intéressants.

La lumière

La lumière

ou format modifiable (sous Publisher)

La lumière

 D’après une idée trouvée dans Histoire d’arts en pratique, de Patrick Straub, paru chez Accès.

 La lumière

 Si des lignes blanches apparaissent lorsque vous ouvrez le document, cliquez ensuite en haut à droite de la fenêtre sur Télécharger, puis Ouvrir avec.

La lumière

Saint Joseph Charpentier,

Georges de La Tour, entre 1638 et 1645

La lumière

L’astronome,

Johannes Vermeer, 1668

La lumière

Les joueurs de dés,

Georges de la Tour, vers 1640

La lumière

Le souper à Emmaüs,

Le Caravage, 1601-1602

La lumière

La Dame à l’hermine,

Léonard de Vinci, 1488-1490

 La lumière

Les raboteurs de parquets,

Gstave Caillebotte, 1875

Des exemples de réalisations, tirées de l’ouvrage :

La lumière    La lumière

8 pensées sur « La lumière ! »


  1. Lala78
     

    dit :

    J’adore car j’apprends des trucs à chaque nouvelle parution. merciiiiiiiiii !


  2. OlivierI
     

    dit :

    Encore merci de ton gentil mot Lala !  Alors, tu ne veux vraiment pas que j’ajoute ton portrait parmi les tableaux ?
    J’ai deux autres articles sous le coude qui sont prêts, je dois juste trouver le temps de les taper.


  3. Isac
     

    dit :

     Très bonnes idées dans cet article !  J’ai eu l’occasion dernièrement, lors de séances photos, de faire découvrir le rôle de la lumière   à mes élèves. Alors ce travail avec des œuvres m’intéresse beaucoup.  Pour les cartes mentales, j’utilise ce site : https://framindmap.org/mindmaps/index.html    Facile à utiliser, il me va bien, ainsi qu’à mes élèves qui l’ont pris en main avec beaucoup de facilité.

    Au plaisir de vous lire souvent en 2015 !


  4. Lala78
     

    dit :

    Je ne vais pas t’aider avec le logiciel carte mentale car je fais tout sur PUBLISHER (je préfère un rendu « tracé à la main »).
    Pour la photo, je ne voudrais pas rivaliser avec la jolie dame à l’hermine


  5. OlivierI
     

    dit :

    Merci Isac !  Je suis photographe également et j’avais songé à aborder cette notion sous cet angle, mais j’ai finalement penché pour une approche à travers la peinture. Mais j’aime beaucoup l’idée ! Je garde également sous le coude ton site, j’ai été y faire un tour, il est très pratique !
    Lala, j’ai finalement fait le même choix que toi (après avoir été farfouillé chez toi d’ailleurs, merci !), j’ai démarré avec Publisher. C’est plus long mais j’ai préféré la liberté graphique qu’il permet


  6. OlivierI
     

    dit :

    Voilà, la trace écrite est ajoutée !


  7. Djoum
     

    dit :

    Superbe une fois de plus 😉


  8. OlivierI
     

    dit :

Enregistrer

Couleurs chaudes, couleurs froides

Couleurs chaudes, couleurs froides

04/12/14 : ajout de la partie Pratiques artistiques

21/12/14 : ajout de la séance d’histoire des arts sur Le cirque, de Seurat

Aujourd’hui, je démarre une série d’articles. Je voudrais permettre aux élèves de s’approprier les éléments d’analyse d’œuvres, tels que la composition, la lumière, la couleur, le traitement de l’espace, … Il s’agit là d’une proposition de séance sur la couleur.

Couleurs chaudes, couleurs froides

 Voici les deux images qui servent à cette séance. Cliquez dessus, puis clique droit/Afficher l’image  pour obtenir le fichier en définition suffisante pour être projeté.

Le Parlement en feu, William Turner, 1835

Couleurs chaudes, couleurs froides

Saint Georges majeur au crépuscule, Claude Monet, 1908

Couleurs chaudes, couleurs froides

Voici le diaporama qui permet de réaliser un tri d’oeuvres :

Couleurs chaudes, couleurs froides

Pour la trace écrite, je me suis inspiré d’un article (ici) et de cette image. Je me suis contenté de traduire.

Couleurs chaudes, couleurs froides

Lors de la séance suivante, je vous propose 4 ateliers qui permettront de mettre en application ces nouvelles connaissances.

Atelier  1 : créer les différentes nuances à partir d’une couleur. J’ai trouvé une idée d’activité très bien faite chez Jack Koch. Cliquez sur la photo pour découvrir les consignes. Pour ma part, je ne réaliserai que les bandes du haut et du bas (le mélange de couleurs étant abordé dans un autre atelier).

Couleurs chaudes, couleurs froides

Je suis également tombé sur des productions intéressantes chez Charivari (celle intitulée « Clair de Lune ») et aussi chez Azraelle (regarder le document « Fiche prep nuancier »).

Atelier 2 : Le champ de bataille. Il s’agit d’une activité tirée d’Histoires d’arts en pratique, de Patrick Straub, chez Accès Éditions (si vous ne le connaissez pas, foncez le feuilleter – si vous ne l’avez pas encore : mais qu’est-ce que vous attendez ? C’est un de mes indispensables en histoire des arts et arts visuels !).

Atelier 3 : Il s’agit de colorier un mandala en respectant des contraintes concernant les mélanges de couleurs ainsi que les couleurs complémentaires.

Atelier 4 : Réalisation d’un affichage sur les contrastes de couleurs

Pour accéder aux fiches, c’est par ici :

Couleurs chaudes, couleurs froides

Couleurs chaudes, couleurs froides

Et pour finir, je termine la séquence avec une séance d’histoire des arts sur le pointillisme, mouvement dont les peintres utilisaient des mélanges optiques plutôt que de mélanger les couleurs sur la palette ou la toile. Mon choix se porte sur Le cirque, de Seurat, à retrouver ICI.

Couleurs chaudes, couleurs froides

13 pensées sur « Couleurs chaudes, couleurs froides ! »

  1. Mayleb
    dit :

    Tu es vraiment doué en arts visuels !


  2. OlivierI
    dit :

    Merci beaucoup Mayleb !!!


  3. spalanzani
    dit :

    C’est ce que je me suis dit aussi, c’est un artiste décidément cet Olivier ! A moins que ce ne soit la fonction de ZIL qui fasse privilégier les arts. Peut-être les deux ! Bravo en tout cas !


  4. OlivierI
    dit :

    Oh ben merci aussi Saplanzani !!!


  5. spalanzani
    dit :

    Je confirme officiellement que j’ai choisi un pseudo trop compliqué.  (tu n’es pas le premier ni le dernier je le crains LOL !!!)


  6. OlivierI
    dit :

    Effectivement, j’ai tapé trop vite.. Je vais tronquer et te nommer  SPA, ça passera mieux !


  7. Lala78
    dit :

    J’avais pas lu la suite, c’est top !
    (et d’ailleurs je croyais avoir laissé un p’tit com lors de mon premier passage ! je perds la boule !!)


  8. OlivierI
    dit :

    Comme d’habitude, t’as toujours un mot sympa Lala  mama-rraine ! Pis non, tu perds pas la boule, on mettra ça sur le compte de la fatigue. Allez, J-4 pour toi !


  9. EstelleDocs
    dit :

    Elle est super, ta séquence ! Bravo et merci !


  10. OlivierI
    dit :

    Merci beaucoup Estelle !


  11. Craie hâtive
    dit :

    Quel travail précis et intéressant… J’ai téléchargé tes documents, ils sont supers. Merci de partager ta passion des arts

  12. misscab
    dit :

    C’est très complet, j’ai hâte de mettre ces séances en pratique merci!

  13. Cecilez
    dit :

    Merci beaucoup pour ces docs. Dommage que je n’arrive pas à faire autant d’arts que je le voudrais…

Enregistrer

Enregistrer