Fourmi, de Cyril Houplain

Il y a des coups de coeur auxquels on ne s’attend pas, et l’album Fourmi, de Cyril Houplain  a été une belle rencontre.

J’imagine que, comme moi, vous êtes complètement passés à côté de ce très bel ouvrage. Je ne vais pas m’étendre sur la côté littéraire de l’oeuvre, parce que c’est vraiment son intérêt visuel qui m’a plus. Fourmi, c’est l’histoire d’Alistair Burke (surnommé Fourmi en raison de son aptitude à se glisser partout), gamin des faubourgs londoniens de l’époque Victorienne. Son existence aurait été triste et morne s’il ne possédait pas le don de pouvoir apprivoiser les créatures qui croisent son chemin ! Son destin va l’amener à traverser l’Atlantique et à se rendre au far west, où il va monter un spectacle avec une colonie de fourmis qui lui permettront par la suite de voyager à travers le monde. Voilà pour l’histoire !

Mais du coup, c’est la partie graphique qui m’intéresse. Si vous avez agrandi le portrait, vous l’avez remarqué : l’ensemble des illustrations est réalisée par l’assemblage de minuscules fourmis !

Une fois n’est pas coutume, et ce sera une première sur le blog, voici une ressource Cycle 1. Elle n’était d’ailleurs pas destinée à atterrir ici mais…
L’an passé (oui, voyez comme je suis réactif en ce moment 😀 ), j’ai remplacé sur un quart de décharge en PS-MS-GS, et je me suis lancé dans un projet sur le Petit Chaperon Rouge. J’étais parti sur l‘Oralbum, de chez Retz, composé d’un album très grand format et d’un CD.

Mysticlolly avait déjà réalisé un superbe travail sur les Oralbum « Boucle d’Or et les trois ours » et « Le navet géant« . Je suis donc parti de son fichier modifiable que j’ai adapté à mon album. Je l’ai contactée il y a quelques jours pour lui envoyer ma contribution qui dormait sur mon disque dur, et elle m’a proposé de la publier ici. On va donc rendre à Mystic ce qui lui appartient : toute la démarche et les documents lui reviennent donc, de la mise en page aux activités, je me suis complètement appuyé dessus. Merci à toi !!

exploitation oralbum PS MS GS chaperon rouge

Attention, livre gros-coup-de-coeur à partager avec vous aujourd’hui !! Il s’agit de :

Découvert au fil de mes pérégrinations sur le web, je suis tombé sous le charme de ces réinterprétations d’oeuvres classiques. L’ouvrage est composé de 43 illustrations réalisées par des mangaka et illustrateurs japonais qui reprennent des monstres sacrés de la peinture : Van Gogh, Monet, Velasquez, Manet, Klimt, Vermeer, Picasso, Cézanne, Matisse… Ce croisement d’influences donne un résultat détonant !

« Ah ça y est, tu sors de ton trou ! Depuis le temps qu’on a rien lu de nouveau chez toi ! »

Oui… Oui, je sais, c’est vrai… Je suis de moins en moins prolifique sur le blog. J’ai parfois même l’impression de le laisser suivre son cours (sans que cela me satisfasse pour autant)… Mais tout va bien, je suis là ! Je sors donc de mon hibernation estivale pour vous parler d’un de mes peintres préférés, que je n’avais pas encore abordé jusque là.

Au passage, une repro de ce tableau est accrochée dans ma salle à manger 😀

L'arbre de vie Klimt arts visuels exploitationEn réalité, il ne s’agit pas d’un tableau, mais d’un triptyque tiré d’un ensemble bien plus large, et qui n’est en réalité qu’un travail préparatoire, on y reviendra par la suite. Ces trois parties s’intitulent respectivement L’Attente, L’Arbre de Vie et L’Accomplissement. Et bien qu’il soit connu de tous, il reste assez impénétrable.

 

L'arbre de vie Klimt arts visuels exploitation

Certes, on voit. On voit donc 3 personnages : une femme seule à gauche, un couple qui s’enlace à droite, et au milieu, un arbre dont les branches se déploient pour former des spirales. Ah oui, puis un piaf également, posé dans l’arbre. On peut noter aussi des formes étranges qui couvrent le tronc, une sorte de mycose artistique ? Qu’est ce qu’on dire de plus ? Des fleurs poussent au sol… Ah oui, les personnages ont l’air tout droit sortis du catalogue collection Automne-Hiver de chez Desigual. Mais à part ça…

Bonjour tous !

Une activité qui pourra être menée en autonomie en classe autour du Doodle Art. Kesako, le Doodle Art ? « Doodle », en anglais, signifie gribouiller, griffonner. Il s’agit de ces petits dessins que l’on fait lorsqu’on est sur attente téléphonique. Ou en animation péda, ça fonctionne aussi 😀  Ca peut être aussi bien des motifs abstraits que figuratifs, et des écritures peuvent s’y mêler. Certains sont constitués uniquement de personnages, d’aliments, d’animaux, etc… Y en a pour tous les goûts !

Bref, ces gribouillages, griffonnages ont été portés par certains au niveau d’art tant leurs créativités est géniale !

Pas question de prétendre les concurrencer dans cet article, mais juste permettre une initiation. La difficulté réside dans l’inspiration des motifs et la disposition dans l’espace, en plus de la réalisation proprement dite.

Pour se lancer sur ce thème, les élèves vont donc réaliser des gammes, des entrainements afin de se créer un bagage de motifs et se familiariser à ces griffonnages. L’idée est de capitaliser des idées et de la pratique avant de se lancer dans un projet plus conséquent. Ce n’est pas très original, je sais : écrire son prénom au centre de la feuille et décorer tout autour.

Dans le dossier, vous trouverez :

– des gammes réparties sur 3 niveaux de difficultés. Elles ne sont pas toutes à réaliser, chacun en choisira 3 ou 4 parmi celles proposées ;

– des exemples d’alphabets ;

– des exemples de réalisation.

Pour ceux qui voudrait imprimer avec une version plus légère en encre, voici le document sans le fond noir : CLIC.

Les modèles proviennent du site http://pattern-collections.com.


Scroll to Top